Catherine Schvartz 
60x90 CIEL réduit.jpg

Ciel  60 x 90 cm - dessin au fusain

Transparence, métamorphose, instabilité, éphémère, instant

 

L’objet poétique qu’est le nuage m’intéresse. Ces « beautés météorologiques » nommées par Baudelaire sont une source incessante d’inspiration. Je transcris leur transparence, leur métamorphose et leur poésie. En 2017, suite à la parution du nouvel atlas international des nuages, je m’interroge sur ces nouveaux nuages artificiels issus de l’activité humaine : les « homogenitus ». 

Mon dernier travail consiste à capter ces particules d’eau en suspension qui caractérisent le côté éphémère de l’instant d’un paysage.

Par la représentation de sa matière dans des œuvres sur papier, j’aborde le nuage dans toute sa métamorphose et sa délicatesse.

Le nuage peut être ici une métaphore sur le mouvement de la vie. Une vanité de notre condition humaine. Cela permet de pointer du doigt cette fragilité de l’état et de la matière.